Un accueil magistral grâce aux festivités organisées par la Ville et accompagnées par nos Confrères de l'Artichaut, des sonneurs, des danseurs, des bagad, des musiciens...il y en avait partout.

Et aussi des Confréries, beaucoup de Confréries, vingt-cinq pour être précis.
Samedi, je me suis senti vraiment Breton et très fier de ma Bretagne.

Cette Bretagne qui était vivante, qui était animée et présente mais surtout qui était universelle en ce sens qu'elle unissait tout le monde, de ceux de moins de sept ans à ceux ayant dépassé les soixante dix sept ans.

Ce que j'ai vu à Saint-Pol-de-Léon est un exemple pour le monde des Confréries auquel nous appartenons. Ce que j'ai vu c'est la mixité d'âge, le bonheur d'être ensemble pour un même but.

Les sonneurs et danseurs de tous âges, tout comme les Confréries, participent par leurs actions à la préservation de notre histoire, de celle du "pays" et du terroir, en valorisant les traditions locales qu'elles soient culturelles et artistiques voire linguistiques pour les premiers et gastronomiques mais aussi historiquement culturelles pour les seconds.

Si la musique et la danse Bretonnes attirent autant de jeunes dans ces disciplines pourtant chronophages et particulièrement difficiles à maîtriser, les Confréries doivent s'interroger sur leur devenir et les évolutions à entreprendre pour susciter des vocations d'adhésion alors que nos actions ne requièrent pas la même disponibilité ou les mêmes efforts.

La chapelle Notre-Dame du Kreisker "porte d'entrée" de la ville épiscopale de Saint-Pol-de-Léon, fut sans doute propice à la réflexion, sur un sujet qu'il conviendra d'approfondir.

Après avoir participé à un défilé très bien organisé, nous eûmes droit au petit crachin breton qui s'est invité à la fête. Sous abri furent présentées les Confréries participantes, et nos amis les Pêcheurs des Abers étaient très heureux d'avoir agrémenté leur tenue d'un parapluie.

Le repas qui fut servi avait une grande qualité : il glorifiait le produit.

Ainsi il nous fut offert de déguster l'artichaut avec du tourteau de l'andouille, de la coquille Saint-Jacques..(je ne l'ai pas reconnu dans le dessert mais je crois qu'ils n'ont pas osé).

Le Chapitre de l'Artichaut, qui a vu le nombre de Confréries participantes
augmenter doit sans doute beaucoup à notre amie Danièle qui a su
déployer de l'énergie, de la présence, et de la conviction pour
inciter les différentes Confréries présentes à rejoindre à Saint-Pol-de-Léon.

Bravo à elle et à tous les dignitaires de la Confrérie.

Nous avons été très heureux de partager ce moment avec vous.

Jean-Louis LE QUINTREC
Grand Maître de la Confrérie des Petits Gris Cessonnais
Chargé de Mission au Conseil Français des Confréries
Ambassadeur du Conseil Européen des Confréries

Saint-Pol-de-Léon
12 Juillet 2015

Couleurs et Convivialité

La Bretagne est jeune, joyeuse et colorée

Voir les Photos du Chapitre de l'Artichaut

Le produit, le produit vous dis-je...

Artichaut

Un film sur la Confrérie

Actualités  
L'Organisation   
Contact   
Nos sorties récentes   
La Confrérie   
Accueil