7 novembre 2014

Il est 7 heures et, c'est certain, Cesson-Sévigné s'éveille (belle allitération matinale.).

Les Petits Gris après avoir chargé les voitures de bagages et de Frigousse prennent la route en direction de Liège.

Il leur faut se dépêcher car Paul et Maryline les attendent à 717 km plus loin pour leur faire visiter la Ville à 14 h 30.

Voyage sans encombre, récupération des chambres à l'Hôtel Alliance (pas pour tout le monde, certaines chambres ne sont pas prêtes) et nos Petits Gris partent à l'assaut de la Pékèterie et autres cafés servant à profusion les bières belges, sans oublier les monuments locaux et Monsieur SIMENON.

Je dois à la vérité de dire que nos guides étaient de grande qualité et de grande gentillesse. Un énorme merci à eux de la part de tous.

La visite effectuée nous saluons les différents Confrères présents à l'hôtel et nous préparons pour le dîner, non sans attendre Jeanine, travailleuse du vendredi matin arrivée en soirée par le train et qui, au péril de sa vie, voire d'autre chose, a su revenir de la gare en compagnie d'un parfait inconnu en nous affirmant d'un air ingénu : il ne m'a rien demandé !!!

Le dîner d'accueil ne fut pas à la hauteur de nos espérances car l'assistance était disséminée dans quatre salles. Il ne fut donc pas aisé de retrouver des gens de notre connaissance. En outre le repas était nettement plus frugal que son coût et le vin chichement distribué.

Mais ce soir-là le bar de l'hôtel était ouvert.

Le lendemain matin, début du Congrès dans un amphithéâtre parfaitement adapté sauf à regretter le non fonctionnement des écouteurs permettant de bénéficier de la traduction simultanée. Au pays de l'Europe et des conférences multilingues c'est un comble doublé surtout d'une gêne importante.

Le Congrès se déroula très amiablement, pourrait-on dire, même si certains Petits Gris sont restés sur leur faim en ce qui concerne le fonctionnement, le recrutement, les actions effectuées et les opérations en cours. Le CEUCO est modeste : il parle des autres en omettant de parler de lui...

En ma qualité d'Ambassadeur je suis interrogé sur un certain nombre de points et, à mon grand regret, j'avoue ne pas avoir la réponse à ce qui m'est demandé (combien d'adhérents en France et ailleurs, qui choisit le bénéficiaires des prix, selon quels critères.). Promis les amis, je vais vous apporter des réponses.Très vite.

Après le Congrès, séquence dégustation où tout le monde fait goûter à chacun le produit qu'il a confectionné ou apporté avec amour. Macao nous nourrit en viande, se délecte du cassoulet de Georges, du Livarot d'Alain et nos Petits Gris (les escargots cette fois) sont avalés par des bouches espagnoles ou hongroises, arrosés de bières belges, bien sûr, mais aussi de vins d'Orléans Cléry et de rosé de Bessan.

Le Petit Gris se veut cosmopolite.

Après cette pause gastronomique appréciée, nous nous préparons pour la soirée de gala, qui se déroulera dans la salle des dégustations.

Ce repas fut de qualité, les vins de bonne facture, les convives agréables. Seul point négatif : la musique qui ne correspondait pas à l'évènement, nous incitant davantage à garder la chambre dont elle était issue qu'à danser, sauf peut-être. le menuet. Sans vouloir y trouver une relation de cause à effet, bon nombre de convives quittèrent la salle une fois le dessert absorbé.

Pour ce qui nous concerne nous souhaitions prendre un verre au bar, mais, samedi soir oblige, certainement, celui-ci était fermé à minuit.

Liège, ville de congrès - 350 congressistes dans un hôtel complet et le bar est fermé. Je rêve.

Le lendemain fut majestueux avec une magnifique messe concélébrée. Merci à Monseigneur Jean-Pierre Delville, 92ème Evêque de Liège et merci aussi à Renato Zuin, ténor exceptionnel, qui, après nous avoir fait vibrer samedi sur l'air du CEUCO, nous a donné la chair de poule, dimanche, en chantant l'Ave Maria.

Un grand moment dans une ferveur partagée même si tous les participants n'étaient pas obligatoirement unis par la même religion. L'ocuménisme a des qualités mobilisatrices et apaisantes. Tout comme le monde des Confréries.

Le repas d'adieu fut servi dans le Théâtre de la Ville où le bois dominait dans une restauration (immobilière) de superbe qualité.

Le reproche fait au repas d'accueil trouve encore sa place ici car les convives étaient répartis dans trois salles différentes (sans doute pour éviter des effusions.) mais la comparaison s'arrête là, car nous vécûmes, dans ce théâtre, l'apparition de la gastronomie liégeoise (on pourrait presque dire : enfin).

Les vocalises de notre grandissime ténor sur un magistral Sole mio nous enchantèrent avant de terminer par les danseurs endiablés qu'étaient Yvonne et Isabel, Tony et Daniel, notre grand organisateur, emportés par les rythmes générés par un trio de musiciens de grand talent.

Les oies migratoires qui envahissaient le ciel par centaines faisaient une halte au-dessus du théâtre pour contempler tous ces Confrères atteint d'une contagieuse bonne humeur collective. "L'oie oit. Elle oit, l'oie ! Ce que nous oyons, l'oie l'oit-elle ?" nous a conté le célèbre Belge Raymond Devos. A sa suite je poserais la question : si l'oie oit, l'oie voit-elle...de si haut ?

Le CEUCO, le CEUCO, vous dis-je.

Oui, le CEUCO, cet organisme qui ne demande qu'à progresser et porter très haut en Europe les valeurs de la gastronomie et du terroir de chacun des pays adhérents.

Le CEUCO qui, à mon humble avis, a fait à Liège une part trop faible à la France qui méritait certainement plus de reconnaissance en sa qualité de capitale mondiale de la gastronomie.

Les Petits Gris en furent affectés. A raison sans doute.

Mais l'année prochaine à Perpignan nous serons bien sûr tous présents, pour revivre ce qui a été bien vécu et améliorer ce qui peut l'être, car nous savons tous que la perfection n'est pas de ce monde.

Encore de grands bravos et de grands mercis aux organisateurs et à notre ami Daniel. Les Petits Gris ont fait un très beau voyage en Confrérie et se sont enrichis d'une grande expérience de confaternité internationale.

Et un bravo spécial à notre ami Philippe qui a su gérer la bannière des Petits Gris avec une subtile habileté, pour toujours la positionner en meilleure place.


Jean-Louis LE QUINTREC
Grand Maître de la Confrérie
des Petits Gris Cessonnais
Ambassadeur du CEUCO


Congrès du CEUCO en BELGIQUE

Liège
7-8-9 novembre 2014

Georges Gouttes, Grand Maître de la Confrérie du Cassoulet de Castelnaudary Lauréat AURUM pour son Restaurant la Dînée à Lauragais, seul Cocorico du Congrès, est ici entouré de Carlos Martin Cosme, Président du CEUCO et de Jean-Claube Estirach, vice-président pour la France.

Daniel Haulotte, Vice-président du Ceuco pour la Belgique et organisateur de ce Congrès, ouvre les travaux.

Mgr Jean-Pierre Delville

Ambiance sud-américaine à Liège.

Le ténor Renato Zuin

Maryline et Paul accueillent les Petits Gris

Georges Simenon, bien entouré, est domicilié devant la Pékèterie...

Les Consoeurs de Macao en pleins préparatifs.

Nos amis d'Orléans Cléry sont aussi venus en nombre

Voir les Photos du Congrès du CEUCO 2014

Les Petits Gris en "civil". Il ne manquait que Jean

Renato Zuin, parolier de l'hymne

Le Comité Directeur du Congrès du CEUCO

Président : Jean-Claude ESTIRACH - 06 08 33 35 46 - jean-claude.estirach@orange.fr
Vice-Président : Jean-Louis LE QUINTREC - 06 87 83 52 94 - jllequintrec@gmail.com
Vice-Président : Jean-François PORNIN - 06 03 79 55 83 - jfpornin@wanadoo.fr
Secrétaire Général : Claude RABASSE - 06 08 76 07 17 - consuls.seignerieleucate@orange.fr
Secrétaire Adjointe : Rosy OUVRELLE - 06 80 07 03 56 - rosyouvrelle.acad@hotmail.com
Secrétaire Adjointe : Sylvie DUMAS - 06 07 62 25 38 - sylvie.dumas66@orange.fr
Trésorier Général : Michel AROULANDA - 06 15 10 74 38 - michel.aroulanda@wanadoo.fr

Ecoutez l'Hymne du CEUCO

  Retour